Santé de nos Maine Coons

Afin de préserver la santé de cette race si merveilleuse,
j'ai pris la politique d'élevage de faire tester
par ADN tous mes reproducteurs pour les maladies génétiques désignées ci-dessous :

L'HCM - PKD - SMA

 

L'HCM ou CMH

Qu'est-ce que la myocardiopathie hypertrophique féline ?:

La myocardiopathie hypertrophique féline est une maladie héréditaire qui affecte les chats, les chiens, les porcs, et les humains. Le mode de transmission d'une génération à l'autre n'est pas encore clairement défini. Depuis les années 1970, on admet que la CMH est une cause fréquente d'arrêt cardiaque, de thrombose et de mort soudaine chez les chats. Une étude majeure a été effectuée sur les Maine Coons aux USA, permettant de penser que cette maladie serait transmise par un seul gène dominant.

La CMH peut être définie en tant que maladie du cœur causée par un épaississement anormal de ses parois musculaires. L'épaississement des parois musculaires apparaît sur le ventricule gauche, et/ou sur le septum interventriculaire, surtout chez les chats. Les muscles papillaires sont des petites expansions de la paroi du coeur qui servent d'attaches à des petits cordages empêchant le reflux du sang du ventricule gauche vers l'auricule gauche pendant la contraction du cœur. Ils peuvent aussi s'épaissir anormalement lors de CMH. Quand le muscle cardiaque s'épaissit, le maître du ventricule gauche diminue et la quantité de sang pompée par chaque battement de cœur diminue. La pression dans le ventricule augmente également. Les valves entre le ventricule gauche et l'atrium gauche s'affaiblissent, et laissent refluer le sang vers le cœur à chaque battement de cœur.

Les chats atteints de CMH s'essoufflent facilement, car le sang ne s'oxygène pas assez. Ils peuvent aussi avoir du liquide dans les poumons provoquant des toux, ou des fluides dans d'autres parties du corps à l'origine d'oedèmes. Malheureusement, le premier signe de CMH est souvent la mort subite du chat causée par un arrêt brutal du cœur, ou une perturbation majeure du rythme cardiaque.

Les chats affectés ne montrent souvent aucun signe de cette maladie avant l'âge de 6 mois, et le diagnostic de CMH peut prendre plusieurs années avant d'être établi. Par conséquent, et contrairement à la dysplasie des hanches, l'examen du cœur par un spécialiste en échocardiographie doit être pratiqué régulièrement, et plusieurs fois au cours de la vie du chat.

La CMH peut-elle être traitée?
Les chats affectés par l'HCM peuvent être traités avec des *diurétiques pour réduire la quantité de fluides présents dans les poumons et le corps. Des *antagonistes béta-récepteurs peuvent aussi être utilisés pour réduire la pression dans le ventricule et sur la valve. Le traitement médicamenteux peut seulement adoucir les symptômes de la maladie. On ne peut pas la guérir.

TESTS:

Un test génétique est disponible depuis l'an passé (2006) pour identifier les chats porteurs d'une mutation génétique spécifique sur le gène de la protéine C cardiaque de liaison à la myosine 3 (MyBPC3), également appelé HCM1. L'association entre cette mutation et l'HCM a été démontrée dans une colonie de chats Maine Coon. Il est clair aujourd'hui que cette mutation est également associée à un risque accru de développer une HCM chez les chats Maine Coon de la population d'ensemble. A ce stade, on ne sait pas exactement dans quelle proportion ce risque est accru. Des études prospectives à venir sont nécessaires pour obtenir une estimation plus précise du risque.

Il faut noter que chez les humains qui ont la même maladie, il y a plusieurs mutations génétiques distinctes qui peuvent en être causatives. Il est probable que la situation soit identique chez le chat. Dans les statistiques dont on dispose actuellement, la moitié environ des chats Maine Coon qui ont été diagnostiqués atteints d'HCM par échographie ou par autopsie portent la mutation HCM1. A l'évidence, la moitié restante exprime une HCM du fait d'autres causes, probablement d'autres mutations.

Cela signifie que l'absence de la mutation chez un chat NE signifie PAS qu'il ne développera jamais une HCM. Cela signifie qu'il ne porte pas la seule mutation connue à ce jour qui peut entraîner le développement de la maladie chez le chat. Dans l'avenir, d'autres mutations pourraient être identifiées, et à leur tour être dépistées. Les chats qui sont positifs à ce test ne développeront pas nécessairement une maladie cardiaque significative, entraînant leur décès. Certains chats développeront une forme très modérée de la maladie et vivront relativement bien, et certains pourraient même ne pas développer de signes de la maladie. On ne connaît pas à ce jour les facteurs qui font qu'un chat porteur de la mutation développe précocement une HCM, quand un autre chat développe une forme plus modérée et plus tardive, voire aucun signe de maladie cardiaque. Il est à espérer que les connaissances progressent à l'avenir.

Nous proposons les recommandations suivantes concernant le test génétique pour l'HCM1:

Il est recommandé que tous les chats Maine Coon destinés à être utilisés en élevage soient testés pour déterminer leur statut, à moins que l'on sache que les parents du chat sont négatifs pour la mutation.

Il est recommandé de continuer à faire examiner les chats par échographie, car cela aidera à détecter les chats qui ont une HCM induite par une autre mutation que l'HCM1.

Les décisions d'élevage doivent être prises avec prudence. A ce jour, les laboratoires ont rapporté qu'il y avait environ 33-35% de résultats positifs parmi les chats Maine Coon qu'ils avaient testés. Cela signifie qu'environ un tiers de l'ensemble des chats Maine Coon semblent avoir au moins une copie de ce gène muté. Retirer l'ensemble de ces chats du cheptel de reproduction pourrait être très dangereux pour la santé future de la race. Pour cette raison, il n'est PAS recommandé que tous les chats hétérozygotes pour la mutation (qui ont UNE copie du gène muté) soient immédiatement retirés des programmes d'élevage. Les hétérozygotes peuvent être utilisés si le chat est considéré comme important pour maintenir la variabilité génétique. Dans la mesure où il n'y a pas aujourd'hui de manière objective de déterminer précisément quels chats sont importants au maintien de la variabilité génétique et quels chats ne le sont pas, il est laissé, individuellement, au propriétaire du chat de faire usage de son jugement en la matière. Un chat hétérozygote ne devrait être croisé qu'avec un chat négatif et sain, pour décroître le risque de faire naître des chats atteints. Dans le processus, des chatons négatifs issus de ces lignées devraient être sélectionnés pour la reproduction.

 

 

 

 

 

© Copyright Année 2007-2009 :
Auteur : MAINE COON D'ANGEL (LB)
Tous droits réservés - reproduction même partielle interdite -